http://www.francetvinfo.fr/culture/musique/cuba-veut-bannir-le-reggaeton-de-l-espace-public_183399.html#xtor=RSS-3-%5Bmonde%5D

Ce style de musique très dansant est considéré comme "très discutable" et vulgaire par les autorités de l'île.

MUSIQUES - On pourra toujours en écouter chez soi mais dans l'espace public c'est terminé. L'institut cubain de la musique a décidé de bannir le reggaeton, cette musique particulièrement incitatrice aux déhanchés, mélange de hip-hop de musique latino et de reggae. Selon The Guardian (lien en anglais), repris par LeMonde.fr, vendredi 7 décembre, les autorités rejettent un genre vulgaire.

"D'un côté, il y a les paroles agressives et obscènes" qui font apparaître la femme cubaine comme "un objet sexuel grotesque", explique le président de l'Institut, Orlando Vistel Columbié, cité par LeMonde.fr. Et d'asséner : "Et tout cela, appuyé par une musique très discutable." Les autorités estiment que ce style, très populaire, menace la culture et la musqieu traditionnelles cubaines.

Parmi les mesures envisagées, la radiation des musiciens de reggaeton des listes officielles afin de les empêcher de travailler."Les stations de radio et les chaînes de télévision sont aussi encouragées à arrêter de diffuser des chansons", précise le site internet du quotidien.

 

http://havana-cultura.com/fr/musique/el-micha

Né à La Havane, Michael Sierra Miranda, âgé de 27 ans, est connu dans sa ville natale sous le sobriquet de «El Micha». Ancien joueur de basket, il a grandi dans un quartier très modeste et a vécu des moments difficiles. Bien qu’il ait aujourd’hui abandonné les rues de son enfance, il reste incroyablement rattaché à ses réalités.

C’est la raison pour laquelle ses origines sont, selon lui, sa principale source d’inspiration musicale: «Je parle de mon vécu, des enfants, des personnes âgées, mes chansons émanent des gens». Et bien que le rythme soit l’un des éléments centraux de sa musique, sa préoccupation principale reste les paroles.

Selon ses propres mots: «J’aspire à ce que dans chaque maison, chaque voiture, chaque endroit, ma voix rauque fasse résonner la vérité, les fasse danser et oublier tout le reste». On retrouve cet objectif global dans ses morceaux tels que «El Barrio Me Puso Aqui» ou encore «En Punta De Pie».

 Faisant constamment référence à son personnage musical à la troisième personne, «par respect», Michael est un véritable autodidacte. «Je n’y connais rien en musique, et je ne tiens pas à ce que ça change», explique-t-il, ajoutant qu’«il a toujours été capable d’improviser, de tenir un rythme et de suivre un mouvement».

Artiste incroyablement prolifique, El Micha est l’un des principaux activistes de la scène Cubaton et est particulièrement réputé pour ses nombreuses collaborations avec les membres les plus talentueux de sa famille de musiciens. Figurant sur des douzaines d’albums et de compilations distribuées dans le monde entier, El Micha a enregistré avec le célèbre groupe Kola Loka («Se Extrana»), Baby Lores («Tu Eres La Mia», «Yo Soy Cubano»), Insurrecto («La Ricurita») et plus récemment, Cistychov («Si Te Vas»).

Son dernier album, «Con Dinero Y Pasmao», sorti en 2010, s’est terminé par une tournée intensive de concerts en Europe, faisant de lui l’un des principaux leaders de la scène Cubaton à l’échelle internationale.